Aucune notice dans le panier

RETROUVEZ-NOUS SUR



CONNECTEZ-VOUS

Identification

Grand Public Coups de coeur Le Caravage et Le crime qui est le tien

Le Caravage et Le crime qui est le tien

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

BDmanara2 

Quand le 9ème art rencontre un art majeur, cela fait un nouveau bijou. Et quand la bande dessinée rencontre le polar, le suspens est à son comble.

 

 

Quand le 9ème art rencontre un art majeur...

BDCaravageA vous de découvrir le 1er tome de ce diptyque de Milo Manara sur Le Caravage, beaucoup plus historique qu'érotique, même si on y croise des prostituées et des femmes très sexy. Une déclaration d’amour du maître italien à l'un des peintres qui l’a le plus influencé. Je vous invite à lire l'avant propos de la BD pour en savoir plus sur ce travail d'accompagnement de l’œuvre.

Que dire de plus sinon, souligner la perfection des couleurs du passé, la précision des détails du dessin. On a l'impression de se retrouver dans les peintures de l'artiste sous fond d'histoire de l'Italie du Cinquecento. Une autre facette de Millo Manara que vous pourrez apprécier dans cette ambiance de renouveau artistique de la Renaissance italienne au coeur de sa ville de prédilection, Rome.

Le Caravage. 01, La palette et l'épée / Milo Manara. Paris : Glénat, 2015.

« Automne 1592. Michelangelo da Caravaggio dit « Le Caravage » débarque à Rome, toiles et pinceaux sous le bras. Il puise son inspiration dans l'âme de la cité éternelle, entre grandeur et décadence, et auprès des personnages hauts en couleur qu'il y rencontre. Rapidement admiré pour son talent, il sera toutefois souvent critiqué pour ses partis pris artistiques, notamment sur ses sujets religieux – il prendra ainsi pour modèle de sa Mort de la Vierge une prostituée. Une réputation aggravée par le penchant du peintre pour la violence et sa participation à de fréquentes et vives échauffourées. »

 

 

 

 

...et quand la bande dessinée rencontre le polar.

BDLE crimeQuand les apparences dépassent la réalité, quand les traits et la couleur reprennent des codes des années 50. Les lignes claires de Philippe Berthet soutiennent dès lors une atmosphère pesante de crime passionnel. Un album qui reprend les éléments du roman noir, mais où l'histoire commence par la fin, et où chaque personnage porte sa croix, que ce soit le berger, le frère, la sœur, la belle sœur ou le flic. Et où le scénariste nous fait découvrir chaque facette de ceux-ci avec en toile de fond l'Australie, et une victime, omniprésente, qui fausse la perception de l'enquête et nous invite parfois à des retours en arrière. Quand la vengeance porte ses fruits 27 ans plus tard, qui sera le chat, qui sera la souris ? Un très bon suspens et un happy end... Une vrai surprise.

Le crime qui est le tien / Philippe Berthet et Zidrou. Paris : Dargaud, 2015

« 1970, au fin fond du bush australien. Un berger, Thomas Wentworth de son vrai nom Greg Hopper vit caché depuis 27 ans à l’écart des hommes. Il avait été accusé du meurtre de sa femme quand il apprend que son frère vient de rendre l’âme. Mais l’extrême-onction du pasteur s’est changée en confession. Le frangin a avoué le meurtre de sa belle-sœur Lee, jeune femme très belle, infidèle et délurée. Débute alors pour l'ex-meurtrier présumé un voyage retour dans sa ville natale, là où sont restés tous ses souvenirs. Dans son parcours de retour, il revit les moments de douleur, les humiliations d'un homme trompé mais amoureux. Un retour vers le passé, la présence irréelle de la mémoire de Lee, et un chemin possible vers la vérité. Pourtant, tout ne sera pas aussi simple... »