Aucune notice dans le panier

RETROUVEZ-NOUS SUR



CONNECTEZ-VOUS

Identification

Cinémusique Coups de coeur A la recherche de Vivian Maier de John Maloof

A la recherche de Vivian Maier de John Maloof

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

maier1

Quand John Maloof saisit ce prénom et ce nom sur Internet en 2009 pour savoir si cette personne est connue alors qu'il vient juste de faire l'acquisition dans une vente aux enchères d'une valise de négatifs, le moteur de recherche affiche un résultat nul. Aujourd'hui, Vivian Maier est considérée par l'archiviste du MOMA à New-York comme une photographe majeure à l'égal, si ce n'est supérieure, à Henri-Cartier Bresson.

 

maier2Née à New York en 1926, Vivian Maier mourut à Chicago en 2009, dans l’anonymat et un grand dénuement. Avant de ressortir de l’oubli, quand ce qui avait été sa double vie éclata au grand jour : la nourrice Vivian Maier, vivant dans l’ombre des familles qui l’employaient à Chicago, cachait une photographe de génie.


La force de cette histoire est d’être celle d’une artiste qui a failli être perdue. C’est la découverte de ses photos, et de leur valeur, qui a permis à sa vie de sortir de l’oubli et d’être partagée par d’autres après sa mort. Tout passe par ses photos.


Il y avait assurément, du vivant de Vivian Meier, un préjugé contre les femmes artistes. Les barrières entourant le monde de l’art étaient plus difficiles à franchir pour elles. Vivian Maier n'était pas une nourrice à qui il arrivait de prendre de belles photos, mais une grande photographe qui avait choisi ce métier de nourrice parce qu’il lui permettait de sortir dans la rue, de regarder le monde et de le photographier.


Ses 120 000 photographies de rue sont demeurées inconnues jusqu'à sa mort et leur découverte fortuite en 2008. Son secret est d'avoir réalisé au cours de sa vie plus de 100 000 photographies de rue, sans les avoir vues elle-même pour une bonne partie puisqu'elle n'a pas toujours eu la possibilité ni les moyens financiers de développer ou de faire développer ses négatifs. Elle n'a pas montré ses tirages, n'a pas parlé de son travail et, a priori, elle n'a jamais tenté de tirer profit de ses clichés.


Chaque année, des expositions de ses photographies sont organisées à Saint-Julien-en-Champsaur (Hautes-Alpes), où était née sa mère.