Aucune notice dans le panier

RETROUVEZ-NOUS SUR



CONNECTEZ-VOUS

Identification

Patrimoine Trésors et curiosités du Fonds Patrimonial Les fleurs à travers les âges et à la fin du XIXème siècle de Théodore Villard

Les fleurs à travers les âges et à la fin du XIXème siècle de Théodore Villard

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

villard

 

"Voici un livre très savant, très utile et magnifique. On y trouvera l'histoire des fleurs les plus connues. On y verra comment il faut les cultiver pour les maintenir belles ou les faire plus belles encore. [...] Ce livre, qui emporte avec lui des "portraits de fleurs" exécutés par une grande artiste, est, tout entier, un hommage à la Fleur." - Jean Aicard.

 

Ingénieur chargé de la direction de grands travaux en France et à l'étranger, conseiller municipal du XVIIe arrondissement de Paris entre 1881 et 1887, membre de la Société botanique de France, vice-président de la Société nationale d'horticulture de France, Théodore Villard (1838-1904) fut l'une des nombreuses personalités à tomber sous le charme de la ville d'Hyères à la fin du XIXème siècle. Maire de la ville entre 1892 et 1893, il habitait la Villa des Kermès où s'épanouissaient de nombreuses plantes rares. Dans son "Hyères et ses environs" paru en 1892, Amédée Bodinier décrit ainsi le domaine : un "magnifique jardin qui a eu l'honneur d'être visité par la Reine Victoria, s'étend jusqu'à la mer et réunit en son enceinte toutes les beautés horticoles de la région. Grâce à une incomparable situation, les plantes les plus délicates y prospèrent comme les espèces les plus rustiques."

 

 kermesVilla "Les Kermès" (1892)

 

 

Assisté de Maxime Cornu - professeur au Muséum d'Histoire Naturelle - et d'Aldolphe Chargueraud - professeur d'arboriculture de la ville de Paris, Théodore Villard fait paraître en 1900 "Les fleurs à travers les âges et à la fin du XIXème siècle" avec pour but "d'intéresser les lecteurs aux origines et à l'histoire de quelques-unes des fleurs les plus connues, les plus renommées, de celles que les amateurs ont le plus souvent l'occasion de voir et d'admirer." Amaryllis, Balsamine, Clématite, Ellébore, Hibiscus, Népenthès ou Odontoglossum sont ainsi parmi les nombreuses fleurs étudiées.

 

Les illustrations sont gravées d'après des aquarelles de Madeleine Lemaire (1845-1928), spécialiste des natures mortes et de fleurs. Peintre quelque peu oubliée aujourd'hui, Alexandre Dumas fils, dont elle a été la maîtresse, disait d'elle : " C'est elle qui a créé le plus de roses après Dieu". Son atelier transformé en salon sera un des plus courus de la IIIe république et accueillera de jeunes talents comme Marcel Proust (qu'elle lancera), des écrivains et artistes au sommet de leur gloire (Maupassant, Bourget, Réjane...), mais aussi des politiques comme Raymond Poincaré ; en quelque sorte le tout Paris et les têtes couronnées de toute l'Europe.

 

 

 

L'exemplaire conservé par la médiathèque porte la mention : « spécialement imprimé pour la bibliothèque municipale d'Hyères ». Théodore Villard n'avait pas oublié la ville qu'il administra un temps.

 

Les fleurs à travers les âges et à la fin du XIXe siècle

Texte de Théodore Villard, illustré par Madeleine Lemaire

Paris : Armand Magnier, 1900.

Cote 580 VIL