Aucune notice dans le panier

RETROUVEZ-NOUS SUR



CONNECTEZ-VOUS

Identification

Grand Public Coups de coeur The Sandman : les chasseurs de rêves

The Sandman : les chasseurs de rêves

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

TheSandman

« La légende de la renarde et du moine »


A l'époque où Neil Gaiman travaillait sur l'adaptation des dialogues de « Princesse Mononoké » pour le public anglophone, il se documente en lisant de nombreux contes et légendes du Japon ancien. Aussi, lorsqu'à l'occasion du 10e anniversaire de sa célèbre série de comics « The Sandman » son éditrice lui passe commande d'un nouvel épisode, il choisit de rendre hommage à son personnage emblématique sous une forme inédite : le conte japonais illustré.

 

« Dans le Japon médiéval, une renarde et un blaireau décident de faire un pari : ce sera à celui des deux qui réussira à chasser un moine de son temple. Les deux animaux sont rusés, mais le moine ne l’est pas moins et déjouent leurs intrigues. Mais voilà que notre renarde tombe amoureuse du moine et qu’elle apprend qu’un maître du Yin-Yang en veut à sa vie. Pour sauver son bien-aimé, elle va demander l’aide du maître des rêves, le Sandman… ». Très loin du format original des comics, « Les chasseurs de rêves » est un roman graphique présenté sous la forme d'une légende japonaise, en prose légère et aux phrases courtes.

 

Chaque page de texte est illustrée par l'artiste japonais Yoshitaka Amano, rendu populaire pour son univers heroic fantasy, et notamment pour les personnages du jeu vidéo « Final Fantasy », et « Vampire Hunter D ». L'illustrateur met cette fois en image Sandman dans un style beaucoup plus traditionnel et sophistiqué. Les planches alternent entre rêve et cauchemar, entre couleurs douces et crayonnés sombres. Dream, le héros gothique des comics, n'est pas dans cette histoire le personnage central. Il n'est jamais nommé, et apparaît tardivement dans le récit. On le reconnaît néanmoins dans sa description et sur la double illustration centrale du livre. Il porte un regard détaché, presque sans émotion sur l’humanité.

 
L'écriture fine et poétique de Gaiman s'adapte à merveille au style des contes japonais. On y retrouve son univers mélancolique et sombre, et l'amertume de ses personnages qui tentent souvent sans succès d'échapper à leur destin.

 

« Les attaches de l'affection sont très difficiles à rompre ». « Mais les rêves sont des choses étranges, et nul autre que le Roi de tous les Rêves Nocturnes ne peut dire s'ils sont vrais ou pas, ni ce qu'ils révèlent sur les temps à venir. »