Aucune notice dans le panier

RETROUVEZ-NOUS SUR



CONNECTEZ-VOUS

Identification

Patrimoine Patrimoine local et régional Alexis Godillot : un grand entrepreneur à Hyères

Alexis Godillot : un grand entrepreneur à Hyères

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

clip_image002En arrivant ici, je fus littéralement ébloui. Il me sembla avoir trouvé la terre promise et je résolus de ne pas aller plus loin.

 

 Alexis Godillot, à propos de la ville d’Hyères, vers 1870.

 

 

Personnalité marquante de l’Histoire de France, Alexis Godillot fut l’un des promoteurs de la ville d’Hyères de la deuxième moitié du 19e siècle.

 

 

 

Acteur de l’Histoire de France

 

D’origine extrêmement modeste, il passe rapidement de la pauvreté à la possession d’une fortune de dimension internationale en créant et développant plusieurs entreprises commerciales et industrielles. Ses activités dépendent essentiellement des commandes effectuées par les différents régimes politiques qui se succèdent entre les années 1830 et les années 1890. Il est « malletier du roi » sous Louis-Philippe, « entrepreneur officiel des fêtes » sous la Seconde République et le Second Empire, « fournisseur aux armées » (en équipements militaires divers, notamment en chaussures : les fameux « Godillots ») sous Napoléon III et la Troisième République. Dans les années 1850, sa fortune devient considérable grâce aux guerres de Crimée et d’Italie. Il assure un tiers des commandes de l’armée en 1860 et l’équipement de neuf corps d’armée et du gouvernement militaire de Paris en 1878.

 

 

catalogue_godillot0432catalogue_godillot2

 

Alexis Godillot symbolise l’avènement de l’industrie moderne sous l’empereur Napoléon III. Proche de ce souverain auquel il ressemble physiquement, il lui demeurera politiquement toujours fidèle. Parallèlement à ses activités industrielles, il modernise la ville de Saint-Ouen, dans la région parisienne, dont il est maire jusqu’à la guerre franco-prussienne de 1870.

 

Comme beaucoup de personnalités de l’époque, il demeure principalement à Paris et sur la Côte d’Azur, cadre du tourisme d’hiver de luxe lancé par l’aristocratie anglaise.

 

 

Promoteur de la ville d’Hyères

 

Vers 1860, il découvre la ville d’Hyères qui est une station d'hiver renommé depuis la fin du 18ème siècle et décide de la transformer. Sa fortune lui permet de créer un immense domaine privé à l’entrée Ouest (quartier des Îles d’Or). Il devient rapidement le plus important propriétaire foncier de la commune. Pour fidéliser les riches hivernants et attirer des personnalités marquantes, il aménage la colline du Vieux Château et la plaine jusqu’à la rivière du Roubaud, et impose un style architectural et urbain entièrement nouveau. Ses travaux rappellent ceux conduits par le préfet Haussmann à Paris, dans les années 1860. Il perce un réseau d’avenues et de rues d’une largeur et d’une longueur impressionnantes (les avenues Andrée de David Beauregard, Godillot, Victoria et les rues Maréchal Gallieni et Pierre Brossolette notamment). La plupart de ces voies sont ornées de palmiers et d’un riche mobilier urbain : fontaines (comme la fontaine Godillot), lampadaires et bancs.

 

 

Avenue_de_Beauregard_-_1889

Avenue Beauregard en 1889 (Coll. Médiathèque municipale d'Hyères)

 

 
 

Son architecte, Pierre Chapoulart (1849-1903), construit de somptueux édifices souvent situés au milieu de beaux parcs. Leur style est varié : sobre (villa La Paix - 2, av. Victoria) ou orné (immeuble La Tour Jeanne - 42, av. des Îles d’Or), anglais (église anglicane - 22, av. Andrée de David Beauregard) ou oriental (villa Tunisienne – 1, av. Andrée de David Beauregard). Les demeures d’Alexis Godillot (maison Saint-Hubert - 70, av. des Îles d’Or et villa Mauresque - 2, av. Jean Natte) dominent son vaste domaine. La vie mondaine y est intense et prolonge la « fête impériale » jusqu’à Hyères.

 

 

BM830696201_FP0505_007

La plage et la Villa Godillot vers 1890 (Coll. Médiathèque municiaple d'Hyères)

 


 

Prévoyant l’avènement du tourisme d’été, il commence l’aménagement du littoral encore largement inhabité.  Le quartier de La Plage d’Hyères (port Saint-Pierre) est créé autour de l’une de ses résidences. Le projet demeurera inachevé : il comprenait la réalisation d’un port pour les yachts et d’un boulevard reliant la ville d’été (la plage) à la ville d’hiver (le centre).

 

En 1883-1884, Alexis Godillot loge l’écrivain anglais Robert-Louis Stevenson dans l’une de ses villas (4, rue Victor Basch). En 1892, la reine Victoria d’Angleterre lui rend visite lors de son séjour à Hyères.

 

Sa réussite trop visible heurte une partie de la population. Ses projets à Hyères sont ponctués de procès et d’échecs politiques : il ne sera jamais élu maire.

 

La ville lui doit une part importante de son patrimoine architectural, végétal et urbain. Son nom demeure attaché aux riches constructions et aux vastes aménagements du quartier des Îles d’Or, qui ont donné un style à la station d’hiver.

 

 

Pour en savoir plus :