Aucune notice dans le panier

RETROUVEZ-NOUS SUR



CONNECTEZ-VOUS

Identification

Albion à Hyères

Envoyer Imprimer PDF
Index de l'article
Albion à Hyères
Bibliographie
Toutes les pages
AddThis Social Bookmark Button

reine

 

Hyères a connu un rayonnement international grâce à l’aristocratie anglaise. Lieu de villégiature hivernale de luxe, du 18e siècle à 1939, une importante clientèle étrangère y résidait régulièrement. Les touristes anglais formeront la colonne vertébrale de la station d’hiver.

 

 

 

 

 

 

Publicits_

Publicités de deux établissements hyérois "à la mode anglaise"

("Hyères-les-Palmiers : guide des étrangers" - Coll. Médiathèque municipale - Cliquer sur l'image pour un affichage en plein écran)

 

 

Au 18e siècle, le prince Auguste-Frédéric d’Angleterre (fils du roi Georges III), Anna Pitt (fille du Premier Ministre William Pitt) et plusieurs membres de la haute aristocratie anglaise hivernent à Hyères. L’écrivain Arthur Young décrit la ville. Aux 19e et 20e siècles, les riches hivernants anglais demeurent en grand nombre dans les quartiers des Îles d’Or et de Costebelle. Les écrivains Joseph Conrad, Robert-Louis Stevenson, Rudyard Kipling, David-Herbert Lawrence, Aldous Huxley séjournent à Hyères. La famille du romancier Walter Scott réside au quartier d’Orient, un gouverneur de la Banque d’Angleterre à Costebelle.

 

 

 chronique

 

Chronique du séjour de la reine Victoria à Hyères 

(Press-Book, Coll. Médiathèque municipale - cliquer sur l'image pour un affichage en plein écran)

 

Au printemps 1892, le séjour de la reine Victoria (1819-1901) va marquer l’apogée de la présence touristique anglaise. Reine d’Angleterre et impératrice des Indes, elle incarne la puissance et la richesse de son pays. La flotte, l’empire colonial, la monnaie et l’industrie de l’Angleterre en font la puissance majeure de la fin du 19e siècle. La souveraine est une femme de caractère, dans sa vie publique comme dans sa vie privée. Plusieurs décès viennent de frapper la famille royale lorsqu’elle arrive à Hyères. Elle désire connaître « la plus ancienne station d’hiver de France » et une partie de la Cour d’Angleterre l’accompagne. Mentionnons le futur roi Edouard VII et sa femme, la princesse Béatrice du Royaume-Uni, le duc et la duchesse de Connaught et Strathearn, le duc et la duchesse de Ruthland, la baronne Churchill, sa confidente, et lord Ponsonby, son secrétaire. La reine et son entourage résident dans les trois Grands Hôtels de Costebelle et les propriétés environnantes. Haut lieu du tourisme hivernal de luxe, Costebelle est l’un des sites les plus prestigieux de la Côte d’Azur. Le séjour étant non officiel, c’est en privé que Victoria visite la ville et ses environs.

La vie mondaine est brillante. Un journaliste écrit : « les bals de Costebelle se déroulaient dans l’éclat des ors, des pierreries et des diamants, (…) l’on postait du monde entier les lettres à cette adresse : Costebelle (Var) ».

 

 

menu 

Menu royal du 23 avril 1892

(Press-Book du Grand Hôtel, Coll. Médiathèque municipale - cliquer sur l'image pour un affichage en plein écran)

 

 

 

 

L’impact publicitaire du séjour de la reine est considérable. Le tourisme d’hiver connaît un nouvel âge d’or et la clientèle britannique affluera jusqu’en 1939. Le futur roi Edouard VII reviendra à Hyères à la tête d’une escadre. En 1927, le futur roi Edouard VIII séjourne chez le vicomte et la vicomtesse de Noailles. En janvier 1936, à l’occasion de la mort du roi Georges V, le maire adresse un télégramme à l’ambassadeur de France à Londres : « La Ville d’Hyères qui fut séjour d’hiver des souverains anglais vous prie de vouloir bien présenter ses respectueuses condoléances à la famille royale d’Angleterre ».

 

La grandeur d’Albion a marqué Hyères.