Aucune notice dans le panier

RETROUVEZ-NOUS SUR



CONNECTEZ-VOUS

Identification

Patrimoine Patrimoine local et régional Paul Bourget, entre Paris et Hyères - Hyères, lieu d’une villégiature intellectuelle

Paul Bourget, entre Paris et Hyères - Hyères, lieu d’une villégiature intellectuelle

Envoyer Imprimer PDF
Index de l'article
Paul Bourget, entre Paris et Hyères
Paris, lieu d'une magistrature intellectuelle
Hyères, lieu d’une villégiature intellectuelle
Le Plantier de Costebelle
Le Fonds Paul Bourget de la médiathèque
Toutes les pages

 

En 1889, il découvre Hyères. En 1896, il devient propriétaire du Plantier de Costebelle où il résidera pratiquement chaque hiver jusqu’à sa mort.

 

BOURGET

Portait de Paul Bourget (Coll. musée municipal d'Hyères)

 

 

Le quartier de Costebelle était un haut lieu du tourisme d’hiver de luxe. Trois grands hôtels et de nombreuses propriétés accueillaient les hivernants - majoritairement des Anglais. La reine Victoria et la Cour d’Angleterre y séjourneront en 1892. Au Plantier, Paul Bourget mène une vie paisible. Il y écrira l’essentiel de son œuvre (romans, théâtre, critique, journalisme…). Les journées sont ponctuées de promenades à cheval et de conversations avec sa femme, Minnie. Il reçoit des écrivains comme Maurice Barrès, Pierre Benoit, Francis Carco, André Gide, Charles Maurras et plusieurs grands auteurs anglo-saxons tels que Joseph Conrad, Henry et William James ou Edith Wharton.

 

La longue présence d’une personnalité aussi marquante a apporté une incontestable plus-value à la ville d’Hyères qu’il évoque dans plusieurs de ses romans (Laurence Albani, Lazarine, Le danseur mondain…). Une plaque de marbre posée devant l’entrée du Plantier de Costebelle rappelle le souvenir de ce maître d’autrefois dont la présence est liée à la période la plus prestigieuse de l’histoire notre cité.