Aucune notice dans le panier

RETROUVEZ-NOUS SUR



CONNECTEZ-VOUS

Identification

Patrimoine Patrimoine local et régional Olivier Voutier et la résurrection de la Vénus de Milo

Olivier Voutier et la résurrection de la Vénus de Milo

Envoyer Imprimer PDF
Index de l'article
Olivier Voutier et la résurrection de la Vénus de Milo
L'engagement dans la guerre d'indépendance grecque
La construction du Castel Sainte-Claire à Hyères
Toutes les pages
AddThis Social Bookmark Button

Vénus de Milo (détail)

 

Officier dans la marine française sous Napoléon Ier et Louis XVIII, Olivier Voutier (1796-1877) est une personnalité marquante de l’histoire internationale et locale. Son nom est lié à des événements d’ordre politique et artistique majeurs de la première moitié du XIXe siècle.

 

La découverte de la Venus de Milo

 

En avril 1820, la goélette l’Estafette, sur laquelle il est embarqué, mouille devant l’île grecque de Milos (ou Milo). Visitant un site archéologique qui fait l’objet de fouilles, il assiste à l’exhumation – purement accidentelle - d’une très belle statue de marbre par un paysan en train de travailler dans son champ. Conscient du caractère exceptionnel de la découverte, Olivier Voutier en informe des diplomates français qui entreprennent des négociations en vue d’acquérir l’œuvre. Elles s’avèrent particulièrement compliquées, la Grèce étant alors une province de l’Empire Ottoman (actuelle Turquie).

 

La statue est finalement achetée par l’ambassadeur de France avec ses fonds personnels. En 1821, elle est offerte au roi Louis XVIII qui en fait don au Musée du Louvre.

 

La paternité de la découverte fera l’objet d’une polémique. Elle est aussi revendiquée, mais probablement à tort, par Jules Dumont d’Urville, un autre officier de marine français présent sur les lieux au même moment. La statue date des environs de l’année 100 avant Jésus-Christ. Considérée comme l’un des principaux chefs-d’œuvre de l’art grec antique, elle est aujourd’hui mondialement connue. Elle représenterait la déesse de l’Amour (Aphrodite en Grèce, Vénus à Rome). Elle a toujours conservé la dénomination que lui a donnée Olivier Voutier lors de sa découverte, en 1820 : « Vénus de Milo ».

 


 

 

Entre 1821 et 1840, la Grèce se révolte contre la domination turque. Comme plusieurs autres personnalités de l’époque, il s’engage dans l’armée de libération grecque et participe aux principales batailles de cette guerre. S’emparant de l’Acropole d’Athènes, il obtient le grade de colonel.

En 1841, une nouvelle insurrection contre les Turcs éclate en Crète. Il s’engage une seconde fois. Le roi Othon Ier de Grèce le décore de l’ordre du Saint-Sauveur dont il reçoit la croix de commandeur. François Guizot, ministre du roi Louis- Philippe, lui décerne la légion d’honneur.

 

 Voutier-_Portrait

 

Portrait d'Olivier Voutier

(Collection particulière) 

 


 

De retour en France, il se consacre essentiellement à sa vie privée. Marié deux fois, il aura deux enfants. Napoléon III et Juliette Récamier font partie de ses brillantes relations dans les milieux politiques et littéraires parisiens.

 

Il s’installe en Provence, le site d’Hyères lui rappelant les paysages de la Grèce. Depuis la fin du 18e siècle, la ville est une station d’hiver de renommée internationale où de nombreuses personnalités marquantes résident régulièrement. En 1849, il achète une vaste propriété située sur la pente sud de la colline du Vieux Château où s'élevait autrefois un des principaux couvents de la ville sous l'Ancien Régime. Le point de vue sur la plaine et la rade est exceptionnel.

 

Olivier Voutier y fait construire une belle maison de maître : Le Castel Sainte-Claire. Son architecture, de style néo-roman, rappelle celle des édifices militaires médiévaux. Elle s’inspire, probablement, du fort de Talente situé sur l’île de Négrepont, en Grèce, où il a combattu. Le Castel Sainte-Claire est l’œuvre de l’architecte Victor Trotobas. Constructeur, notamment, des villas Venadou (quartier d’Orient), Le Plantier (Costebelle), et du Grand Hôtel des Îles d’Or (quartier des Îles d’Or), il est à l’origine de la grande métamorphose architecturale de la ville d’Hyères à partir des années 1850. Olivier Voutier résidera dans sa propriété hyéroise jusqu’à sa mort, en 1877. Il y mène une vie discrète, essentiellement familiale, et reçoit des hivernants célèbres, comme le compositeur Ambroise Thomas (1811-1896).

 

Castel_Sainte-Claire

Le Castel Sainte-Claire de nos jours

 

La grande romancière américaine Edith Wharton (1862-1937) deviendra propriétaire du Castel Sainte-Claire où elle demeurera et écrira régulièrement, entre 1920 et 1937. La propriété devient un lieu de séjour pour les nombreux hommes de lettres et universitaires anglo-saxons qui composent son entourage. Avant 1939, son jardin de style méditerranéen est l’un des plus beaux et des plus célèbres de la Côte d’Azur.

 

Castel_Sainte-Claire_Hyeres_2

Le jardin du Castel Sainte-Claire de nos jours 

 

 

La propriété sera ensuite acquise par la ville d’Hyères. Elle est actuellement le siège du Parc National de Port-Cros et son jardin, dominant la région hyéroise, est désormais ouvert au public.

 

On peut encore y voir la tombe d’Olivier Voutier, mélancolique témoignage d’un passé prestigieux.

 

Gravure_-_VoutierGravure de Gustave Alaux (© Collection du Galion d'or/Chez Jean-Paul Alaux)

 

 

 

. En savoir plus :

 

- Consulter les ouvrages consacrés à Olivier Voutier disponibles à la médiathèque.

- Le Castel Sainte-Claire, jardin remarquable.