Aucune notice dans le panier

RETROUVEZ-NOUS SUR



CONNECTEZ-VOUS

Identification

Patrimoine Patrimoine local et régional Olivier Voutier et la résurrection de la Vénus de Milo

Olivier Voutier et la résurrection de la Vénus de Milo

Envoyer Imprimer PDF
Index de l'article
Olivier Voutier et la résurrection de la Vénus de Milo
L'engagement dans la guerre d'indépendance grecque
La construction du Castel Sainte-Claire à Hyères
Toutes les pages
AddThis Social Bookmark Button

Vénus de Milo (détail)

 

Officier dans la marine française sous Napoléon Ier et Louis XVIII, Olivier Voutier (1796-1877) est une personnalité marquante de l’histoire internationale et locale. Son nom est lié à des événements d’ordre politique et artistique majeurs de la première moitié du XIXe siècle.

 

La découverte de la Venus de Milo

 

En avril 1820, la goélette l’Estafette, sur laquelle il est embarqué, mouille devant l’île grecque de Milos (ou Milo). Visitant un site archéologique qui fait l’objet de fouilles, il assiste à l’exhumation – purement accidentelle - d’une très belle statue de marbre par un paysan en train de travailler dans son champ. Conscient du caractère exceptionnel de la découverte, Olivier Voutier en informe des diplomates français qui entreprennent des négociations en vue d’acquérir l’œuvre. Elles s’avèrent particulièrement compliquées, la Grèce étant alors une province de l’Empire Ottoman (actuelle Turquie).

 

La statue est finalement achetée par l’ambassadeur de France avec ses fonds personnels. En 1821, elle est offerte au roi Louis XVIII qui en fait don au Musée du Louvre.

 

La paternité de la découverte fera l’objet d’une polémique. Elle est aussi revendiquée, mais probablement à tort, par Jules Dumont d’Urville, un autre officier de marine français présent sur les lieux au même moment. La statue date des environs de l’année 100 avant Jésus-Christ. Considérée comme l’un des principaux chefs-d’œuvre de l’art grec antique, elle est aujourd’hui mondialement connue. Elle représenterait la déesse de l’Amour (Aphrodite en Grèce, Vénus à Rome). Elle a toujours conservé la dénomination que lui a donnée Olivier Voutier lors de sa découverte, en 1820 : « Vénus de Milo ».