Aucune notice dans le panier

RETROUVEZ-NOUS SUR



CONNECTEZ-VOUS

Identification

Grand Public Coups de coeur Les Mondes d'Aldébaran - Léo

Les Mondes d'Aldébaran - Léo

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

leo aldebaran

 

Au XXIème siècle, le réchauffement climatique et la pollution ont peu à peu rendu la Terre inhabitable, mais les progrès technologiques permettent désormais les voyages spatiaux et l'envoi de missions de reconnaissance vers d'autres planètes.

 

Dès la fin du XXIIème siècle, s'ouvre ainsi une ère de conquête spatiale et des colonies s'établissent sur des planètes semblables à la Terre et donc potentiellement habitables mais aussi potentiellement hostiles. Coupés de leur planète mère, les colons se voient ainsi confrontés à un environnement inédit et déstabilisant qui semble abriter un secret que l'aspect primitif des planètes ne laissait pas présager.

 

La saga des Mondes d’Aldébaran  - du dessinateur brésilien Luiz Eduardio de Oliveira dit Léo - se découpe en cycles de cinq albums correspondant chacun à une planète différente (Aldébaran, Bételgeuse, Antarès). Bien qu’il soit possible de lire les cycles séparément, les trois premiers cycles se suivent chronologiquement et forment un tout cohérent. À chaque cycle et chaque planète, les personnages secondaires changent, mais les quelques héros de l’histoire sont présents tout au long de la saga.

 La mantrisse d'Aldébaran

L’histoire se concentre autour d’une créature complexe, la Mantrisse, d'une durée de vie de dizaines de milliers d'années, qui essaie d'entrer en contact avec les colons, sur plusieurs planètes simultanément. Après les avoir choisis au préalable, elle leur fait absorber des gélules tous les dix ans pour augmenter leur espérance de vie et renforcer leurs organismes pour en faire des interlocuteurs à sa hauteur. Quoique ces personnes choisies acquièrent d'une certaine manière des caractéristiques de surhommes, elles souffrent de périodes de dépression grave et cyclique dûes à l’espérance de vie. Ce groupe de personnes constitue les principaux personnages de la série.

 

Le dessin - une ligne claire très détaillée - que certains trouveront simpliste, froid et statique ou sans vie pour les plus critiques accompagne parfaitement l'histoire écolo-fantastique dans laquelle l'auteur nous plonge dès les premières cases. Très humaniste, avec un scénario qui sait avancer sans trop en dévoiler, l’histoire reste captivante même au bout de 14 volumes.

 

En 2011 débute un nouveau cycle Survivants qui met en scène un nouveau groupe de personnages.

 

Consulter les volumes des Mondes d'Aldébaran disponibles à l'Espace Grand Public. 

 

A lire aussi du même auteur : Kenya et Terres lointaines