Aucune notice dans le panier

RETROUVEZ-NOUS SUR



CONNECTEZ-VOUS

Identification

Patrimoine Trésors et curiosités du Fonds Patrimonial Bibliothèque d'Alphonse Denis : Hortus Indicus Malabaricus

Bibliothèque d'Alphonse Denis : Hortus Indicus Malabaricus

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

hortus - Denis

 

Au XVIIème siècle, alors que les grandes nations européennes se lancent à la conquête du monde, leurs connaissances en plantes médicinales sont assez limitées et surtout, leurs pharmacopées sont totalement inadaptées aux contrées exotiques qu'elles entreprennent de coloniser. L'étude et l'inventaire de la flore et des plantes médicinales locales deviennent dès lors un enjeu majeur pour la survie des colons exposés à une multitude de pathologies inconnues en Europe.

 

 

Administrateur colonial pour le compte de la puissante Compagnie néerlandaise des Indes orientales, Hendrik Adriaan van Rheede tot Drakenstein (1636-1691) est aussi un botaniste accompli : à sa nomination au poste de Gouverneur de la Côte de Malabar au sud de l'Inde il entrepend de répertorier les plantes locales. Pour mener à bien cette tâche gigantesque qui va prendre près de 30 ans, Van Rheede s'entoure de botanistes et de médecins - indigènes et néerlandais - qui vont identifier les plantes et décrire leur application locale.

 

La publication de cette oeuvre considérable - à la fois fois pharmacopée et encyclopédie botanique - commence en 1678 et s'achève en 1703. Elle comprend 12 volumes in-folio d'environ 200 pages rédigées en latin, enrichis de 794 gravures en taille douce. 742 plantes sont ainsi représentées, répertoriées, leur usage décrit et leurs noms donnés en Latin, Arabe, Malayalam et Konkani.

 

Dès 1832, Alphonse Denis se lance dans l'acclimatation de plantes exotiques dans le jardin de sa propriété. En 1855 il est le premier à introduire en Provence un Araucaria bidwilii en provenance directe d'Australie ; on lui doit également l'acclimatation sous nos latitudes du Chamaerops excelsa, du Chamaerops humilis ou du Phoenix dactylifera. Son jardin est ainsi cité dans les bulletins de sociétés savantes qui décrivent sa richesse et sa diversité. Passioné de botanique, Alphonse Denis est aussi un amateur de livres qui va constituer une importante bibliothèque notamment consacrée à l'histoire naturelle et à la botanique. Il n'est donc pas étonnant que 4 volumes d'Hortus Indicus Malabaricus occupent ses rayonnages, d'autant que van Rheede s'est par moment écarté de son objectif initial pour répertorier et décrire des plantes purement ornementales.

 

 

 

Aujourd'hui conservés dans les réserves de la médiathèque ces 4 volumes constituent, de par leur contenu et la finesse des gravures, un témoignage saisissant de l'esprit qui animait les puissances coloniales au XVIIème siècle et un magnifique exemple d'illustration scientifique.

 

Quelques une des gravures :