Manipulations, une histoire française de Jean-Robert Viallet

Imprimer
AddThis Social Bookmark Button

manipulations

 

Certains documentaires sont montés comme des séries policières. A l’information et la connaissance qu’apporte originellement le genre s’ajoutent ainsi les ressorts de la fiction : suspense, rebondissements, multiplication des récits et des protagonistes. Le fractionnement par épisodes rend le discours plus attractif et par là-même plus lisible.  

Bien sûr, des points de vues critiques soulignent le travestissement du regard documentaire à travers ce type de procédés, la volonté d’attirer le spectateur en lui « vendant » de la série. Il n’en est rien. Si on peut admettre, parfois, que réside dans cette démarche un désir d’être attrayant – et pourquoi pas, d’ailleurs, si la qualité propre au cinéma documentaire est respectée ? –, il s’agit avant tout d’un exercice qui, tout en repoussant les limites originelles, donne à voir différemment les phénomènes interrogés. Un modèle du genre demeure certainement Soupçons, l’excellente série de Jean-Xavier de Lestrade consacrée au procès de Michael Peterson, écrivain américain suspecté d’avoir assassiné son épouse. Loin de creuser le sillon du sensationnel, la série opérait un éclairage inquiétant sur le système judiciaire américain. Mais le documentaire se situait encore dans le domaine « policier » et cette situation pouvait certainement expliquer l’extrême efficacité des ressorts et des tensions dramatiques rencontrés épisode après épisode. La qualité d’une série documentaire serait-elle assujetti au thème étudié, au domaine exploré ? Non, mais plutôt à la façon d’aborder les sujets, c’est-à-dire au talent du réalisateur.

Manipulations, une histoire française ou comment une affaire politique se transforme en polar haletant

Manipulations-une-histoire-franaiseManipulations, une histoire française de Jean-Robert Viallet est une série documentaire de haut vol, parfait exemple d’une démarche à la fois passionnante et scrupuleuse. Construite comme un thriller tentaculaire, la série suit l’enquête des journalistes Pierre Péan et Vanessa Ratignier autour de l’Affaire Clearstream, banque des banques soupçonnée par leur collègue Denis Robert de blanchiment d’argent. Dans cette affaire, la plupart des médias français s’arrêtèrent au volet politique, infime partie de l’iceberg, qui vit Nicolas Sarkozy et Dominique de Villepin s’affronter au sujet de la fameuse histoire des faux listings de la banque dans lesquels apparaissait le nom du Ministre de l’intérieur de l’époque.

Mais cet affrontement, épicentre médiatique de l’histoire, ne fut que la phase finale de l’affaire – à moins d’un nouveau rebondissement ou de nouvelles découvertes dans le dossier Karachi… Au début, il y a un homme, Imad Lahoud, qui, après être sorti de prison pour escroquerie, entre à E.A.D.S. grâce à son frère, ingénieur dans le groupe d’armement français. Se sentant à l’étroit dans ses nouvelles fonctions, Imad Lahoud ment. Peu après les attentats du World Trade Center, alors que toutes les cellules de défense sont aux aguets, il met en avant ses origines libanaises et ses compétences informatiques et assure qu’il peut avoir accès aux comptes de la famille Ben Laden, des comptes dissimulés au Moyen Orient. Son chef (Jean-Louis Gergorin), tout comme les services secrets français (Philippe Rondot), le suivent dans cette supercherie, le suivent jusqu’à l’aveuglement. Lahoud profite de leur naïveté et pousse plus loin son coup de bluff. Mais à quelle fin ? Jusque où ? Quel avantage tire-t-il du rôle de marionnettiste qu’il a endossé ? Et surtout, comment est-on passé de Ben Laden à l’affaire politico-judiciaire mêlant les plus hautes autorités de l’Etat ?

L’enquête de Pierre Péan et Vanessa Ratignier répond à ces questions avec intelligence et dans rythme digne des plus grands polars. C’est tout un pan de l’histoire de France qui est ici pointée du doigt : la guerre de l’armement hexagonal confrontant Lagardère à Thompson, la vente des frégates de Taïwan, les rétro commissions finançant les campagnes électorales, les morts suspectes, les mallettes de billets, Karachi… Les zones grises de la politique française sont pour la première fois éclairées dans cette magistrale série documentaire suivant le parcours d’Imad Lahoud, cet escroc qui ébranla les fondements de la République avant que le secret défense soit mystérieusement, rapidement, étendu par le gouvernement.

Manipulations : Une histoire française de Jean-Robert Viallet ; produit par Christophe Nick ; écrit par Pierre Péan et Vanessa Ratignier / Paris : France Télévisions Distribution, 2012.- 2 DVD (6 x 52 min), Couleur.

 

 

Episode 1 : Au commencement, le troisième homme

Episode 2 : Clearstream, la banque des banques

Episode 3 : J.-L. Lagardère, le scénario noir

Episode 4 : Taïwan, naissance de la zone grise

Episode 5 : Karachi et le trésor de guerre

Episode 6 : La République des mallettes

 

Bib. actuelleSectionLocalisationCoteSituationDate retour
CentralecinémusiqueDVD documentaires944.083 9 VIAdisponible

 

Crédit photographique : France Télévisions Distribution