Notre besoin de consolation est impossible à rassasier

Imprimer
AddThis Social Bookmark Button

Stig_Dagerman_-_Notre_besoin_de_consolation_est_impossible__rassasier

 

Ecrivain suédois, journaliste, anarchiste et militant engagé, Stig Dagerman (1923-1954) écrit en 1952  "Notre besoin de consolation est impossible à rassasier ". (NBC pour le lecteur). 

Commandé par le magazine "Husmodern" qui lui demande la rédaction de quelques pages sur le "sens de la vie", cet essai écrit à la première personne du singulier sera son dernier texte publié.



Dagerman donne le ton avec cet ultime recueil de ce que furent sa courte existence et son œuvre : "Parler de l’humanité, c’est parler de soi-même" (extrait de la Dictature du chagrin). Les thèmes de l’angoisse, de la peur, de la solitude, de la culpabilité, de la révolte et de la mort sont pour lui une source inépuisable d’inspiration. Convaincu que la mort est la seule voie vers la liberté humaine, Dagerman cherche l’essentiel, "… une consolation qui soit plus qu’une consolation et plus grande qu’une philosophie, c’est-à-dire une raison de vivre."  (extrait de NBC) D’une grande modernité Notre besoin de consolation... est aujourd'hui considéré comme un classique. Son succès ne s’est jamais démenti.

 

Stig_DagermanEnfant abandonné par sa mère, père ouvrier menant une vie de nomade, il est élevé par ses grands-parents à la campagne. Il arrive à Stockholm en 1932 pour rejoindre son père où il mène de brillantes études "sans joie et sans élans". La mort brutale de ses grands-parents adorés et celle de son meilleur ami deux ans plus tard auront une incidence déterminante dans sa vocation d’écrivain. Il a alors dix-neuf ans, le Bac et beaucoup de talent. Dagerman cherche non seulement une raison de vivre, un idéal, mais aussi une cause à défendre.

 

Il commence sa carrière littéraire en 1941 comme journaliste pour des journaux syndicaux notamment le quotidien "Arbetaren" (le Travailleur), organe de la SAC (Organisation Centrale des travailleurs Suédois). Très engagé, il milite intensément dans un mouvement anarcho-syndicaliste. Homme de convictions, Dagerman ne perd jamais de vue les engagements déterminés par son rôle d’écrivain. Envoyé en Allemagne de 1945 à 1946, il témoigne pour son journal de toute l’horreur de la guerre et de la misère humaine.

"Le monde est donc plus fort que moi. A son pouvoir je n’ai rien à opposer que moi-même – mais, d’un autre côté, c’est considérable. Car, tant que je ne me laisse pas écraser par le nombre, je suis moi aussi une puissance. Et mon pouvoir est redoutable tant que je puis opposer la force de mes mots à celle du monde." (extrait de NBC)


Deux thèmes existentialistes dominent l’ensemble de la production littéraire et dramatique chez Dagerman : l’angoisse et l’absurde. Cette angoisse qui révèle la contradiction profonde qui l’agite, entre l’impuissance à se réaliser, l’impossibilité pour l’homme de s’intégrer harmonieusement à la société, à trouver sa place dans un monde hostile et la conscience d’une certaine liberté.

"Je ne possède pas de philosophie dans laquelle je puisse me mouvoir comme le poisson dans l'eau ou l'oiseau dans le ciel. Tout ce que je possède est un duel, et ce duel se livre à chaque minute de ma vie entre les fausses consolations, qui ne font qu'accroître mon impuissance et rendre plus profond mon désespoir, et les vraies, qui me mènent vers une libération temporaire. Je devrais peut-être dire la vraie car, à la vérité, il n'existe pour moi qu'une seule consolation qui soit réelle, celle qui me dit que je suis un homme libre, un individu inviolable, un être souverain à l'intérieur de ses limites." (extrait de NBC)

 

Dagerman affirme sa liberté d’écrivain comme une lutte contre l’ordre établi, un duel contre lui-même. Le 3 Novembre 1954, Dagerman se suicide dans son garage. Il a 31 ans.

"L’idée me vient finalement que toute consolation ne prenant pas en compte ma liberté est trompeuse, qu’elle n’est que l’image réfléchie de mon désespoir." (extrait de NBC)

 

 

Ce texte, brûlant d’actualité, est à découvrir ou à relire.

 

 

Notre besoin de consolation est impossible à rassasier / Stig Dagerman. Actes Sud, 1989. 24 p.

 

Bib. actuelleSectionLocalisationCoteSituationDate retour
Centralegrand publicromansR DAGdisponible

 

 

Autres oeuvres de Stig Dagerman disponibles à la médiathèque :

 

. L'Île des condamnés

. Notre plage nocturne

. Le serpent