Aucune notice dans le panier

RETROUVEZ-NOUS SUR

Identification OPAC

Traces de Godillot

Envoyer Imprimer PDF

Sans titre4

 

Vers 1860, Alexis Godillot découvre la ville d’Hyères qui est une station d'hiver renommée depuis la fin du 18ème siècle et décide de s'y installer. Il devient rapidement le plus important propriétaire foncier de la commune. Pourtant, malgré les transformations qu'il fait subir à la ville, il ne reste de lui - aujourd'hui - que peu de traces.

 

Si l'on connaît très bien Alexis Godillot le bâtisseur par les villas (« Villa Mauresque » « Villa Tunisienne », « Villa Saint Hubert » ou encore « Villa La Paix »), les immeubles (« Tour Jeanne »), les avenues et rue percées (les avenues Andrée de David Beauregard, Victoria et les rues Maréchal Gallieni et Pierre Brossolette notamment), son architecte (Pierre Chapoulard) ou encore par le riche mobilier urbains dont il dotera le quartier ouest de la ville auquel il fera effectuer une véritable mue encore visible aujourd'hui, on connaît finalement assez peu sa personne. Non pas la personnalité historique dont la biographie est largement documentée  - son parcours de fournisseur des armées de l'Empereur Napoléon III, ses fameux « godillots » et les fêtes impériales – mais la personne physique dont ne subsiste comme trace qu'un tableau - un buste - conservé dans les collections du musée et quelques reproductions de photographies reprises encore et encore, ça et là, et dont l'origine est inconnue. Nulle trace dans les collections municipales de ce bienfaiteur mal-aimé des hyérois, nulle trace de sa personne et de sa famille.

 

Nulle trace jusqu'à ce que par le plus grand des hasards, plus de deux siècles après sa naissance, soit mis en vente un bel objet. Un bel objet fait de cuir et de dorures qui vient combler ce manque.

 

Sans titre3

 

 

Un objet qui a traversé le temps, intact. Un objet ayant probablement appartenu à la famille Godillot elle-même : un album de photos ! Un album de photos où l'on découvre - enfin - l'homme Alexis Godillot et sa famille en 25 portraits répartis ainsi :

 

Alexis Godillot (1816-1893) : 4 photos / Mme Marie-Louise Godillot (1818-1879) : 6 photos

Sans titre


Georges Godillot (fils, 1847-1929) / Marguerite Godillot (fille, 1853-1924)

    Sans titre2   

 

Jeanne Godillot (fille, 1845-1866)

Jeanne Godillot01w

 

Cet album, rare témoignage d'une famille, d'un nom qui a durablement marqué le visage et la physiognomie de la ville fait désormais partie des collections municipales. Il est conservé dans la Réserve de la Médiathèque, à l'instar de la bibliothèque d'Alphonse Denis qui fut le premier grand promoteur de la ville.

 

[Album de la famille Godillot entre 1860 et 1874]

Photographies de Louis Demay, Pierre Petit et Numa Blanc

27,5 cm x 16 cm.

Cote FP 3210