Le Casse-Noisette

Imprimer

Casse Noissette1

En cette période de l’année si spéciale, les jouets, avec l’exposition Ton Jouet extraordinaire, sont à la fête à la médiathèque du mercredi 18 décembre 2019 au 11 janvier 2020. Qu’ils soient anciens, récents, remplis d’histoire ou chargés d’émotions, les jouets évoquent pour chacun un souvenir, un sentiment, un moment heureux. Source d’inspiration inépuisable pour les auteurs, ils sont à l’origine de nombreuses créations artistiques. Avec cet article, j’aimerais vous présenter une figurine en bois qui devient à Noël, un véritable symbole : Le Casse-Noisette.

 

La légende raconte l’histoire d’un riche paysan allemand, seul et aigri. Son avarice avait rendu son cœur dur comme de la pierre, « comme des noisettes » qu’il mangeait seul chaque année à Noël. Il cherchait en vain un moyen de casser ses noisettes sans efforts et proposa une récompense à celui qui pourrait le contenter. Beaucoup vinrent le voir pour proposer des solutions farfelues. Pendant trois jours, le sculpteur du village fabriqua un drôle de petit bonhomme multicolore, en habit du dimanche, à la grande bouche et à la forte mâchoire conçu pour casser les noisettes. Le vieux fut si enthousiasmé par ce drôle de bonhomme qu’il s’adoucit peu à peu à son contact. Le Casse-Noisette avait, en définitive, réussi à casser l’écorce de son cœur qui devint doux comme la cire d’une bougie. Le riche paysan devint le meilleur ami des enfants car il donna toutes ses noisettes et une fête de Noël fut célébrée en son honneur.

Au-delà de la légende, son invention est attribuée à Aristote. En 300 avant J-C, une figurine a été trouvée en Italie, à Tarente. L’invention de la machine à fabriquer les casse-noisettes revient à Léonard de Vinci. On raconte aussi que le roi Henri VIII en aurait offert un à sa deuxième femme, Anne Boleyn. La définition exacte est donnée par les Frères Grimm et son entrée dans le dictionnaire date de 1830 : « petit homme difforme, dans la bouche duquel les noisettes sont cassées, au moyen d’un levier ou d’une vis ». C’est, en réalité, E. T. A. Hoffmann, un juriste reconverti en écrivain et musicien après l’invasion de la Prusse en 1806 par Napoléon, qui écrivit en 1816 le conte Casse-Noisette et Le Roi des rats. C’est en trouvant, un an plus tôt, un casse-noisette sur le marché de Leipzig qu’il trouva l’inspiration. Dès les années 1820, il devient une des figures marquantes du romantisme allemand et inspira par exemple Jacques Offenbach qui écrivit l’opéra fantastique en cinq actes Les Contes d’Hoffmann.

Casse Noissette2

Casse-Noisette : E. T. A. Hoffmann, illustré par Roberto Innocenti et traduit du texte original allemand par Raph Manheim, Gallimard Jeunesse – 2018

Dans cette version, Marie et Fritz attendent en cette soirée du 24 décembre, la venue de leur parrain Drosselmeier. C’est un horloger extravagant qui raconte des histoires fabuleuses et fabrique de drôles de cadeaux qu’il offre aux enfants. L’émerveillement est total à la vue du château magnifique aux nombreuses tours d’or qu’il présente ce soir-là. Fritz s’amuse avec des petits soldats. Marie remarque par hasard un pantin en bois. Elle le trouve fascinant : « Il se tenait tout droit, sagement, comme s’il attendait bien tranquillement son tour. On aurait pu le croire bizarrement proportionné : son buste était trop long et corpulent pour ses jambes courtes et maigrelettes, et sa tête beaucoup trop grosse par rapport au reste de sa personne… La petite fille l’aima au premier coup d’œil et, plus elle contemplait le charmant petit personnage, plus elle était enchantée par son air de bonté. » p 17-19.

Marie essaye délicatement de le faire fonctionner mais Fritz s’en empare brusquement. En utilisant de trop grosses noisettes, il finit par casser le jouet. Marie, après avoir pleuré, noue autour du menton blessé un joli ruban qu’elle détache de sa robe en guise de pansement. Elle s’éloigne de son frère et essaye de trouver un coin tranquille pour son nouvel ami. Au même moment, de drôle de bruits proviennent de l’armoire et les douze coups de minuit retentissent. Marie voit alors son Casse-Noisette prendre vie. Il a pour mission d’ affronter le terrible Roi des Rats et sauver une princesse victime d'une affreuse malédiction...

Ce conte est traduit en français en 1838 par Émile de La Bédollière. Mais c’est l’adaptation écrite par Alexandre Dumas père en 1844, peu fidèle à l’originale, qui est la plus connue. Cette version beaucoup moins sombre s’attache à décrire le chapitre où Clara (appelée Marie dans le conte d’Hoffmann) visite le royaume des friandises. Ce conte Le Casse-Noisette décida en 1891 le directeur du théâtre impérial de Saint-Pétersbourg à créer le ballet du même nom et servit de base au scénario du chorégraphe français Marius Petipa. La musique fut commandée, un an plus tard, à Piotr Tchaïkovski. Cette création a été dansée la première fois en décembre 1892 au théâtre Mariinski par le ballet Kirov. Il n’a été mis en scène hors de Russie qu’à partir de 1934. Dans cette version du conte, l’histoire se déroule également le soir de Noël. Clara l’héroïne, reçoit en cadeau un casse-noisette en bois, qui a la forme d’un petit bonhomme. Cette même nuit, le méchant Roi des rats et ses souris attaquent tous les jouets. Les poupées, les peluches, les soldats s’animent, alors ! Casse-Noisette se réveille lui-aussi et tire sa petite épée en clamant : « Chers amis, qui me suit dans la bataille ? ». Tous les jouets, les ours en peluche, les poupées de chiffon et les personnages des boîtes à surprises s’écrièrent en cœur : « Nous sommes prêts, vaille que vaille ! » (p,13 et 14 du livre CD Casse-Noisette, Gautier-Languereau, 2001)

Casse Noissette3

Une terrible bataille éclate et grâce à une chaussure jetée par Clara sur le Roi des rats, le Casse-Noisette et son armée finissent par remporter la victoire. Libéré du sort qui l’emprisonnait, la figurine en bois se transforme alors en prince. En remerciement, le Casse-Noisette entraîne Clara à travers la forêt vers le royaume des sucreries. Là-bas, La fée Dragée les attend et les convie à une véritable fête... Cette douce féerie dansée et musicale, a été imaginée sous forme de petit théâtre de papier par Hélène Druvert.

Casse Noissette4

Casse Noissette5Casse Noissette6

Le petit théâtre de Casse-Noisette, Mise en scène Hélène Druvert, De la Martinière Jeunesse, 2015.


De la même manière, Shobhna Patel avec son Pop-Up traduit, tout en finesse et en délicatesse, la magie de cette histoire. Véritable dentelle, le papier découpé est sublimé par l’artiste. Il se dévoile, au fil des pages et révèle de subtiles surprises.

Casse Noissette7

Casse Noissette8

Casse Noissette9Casse Noissette10

Le Casse-Noisette par Shobhna Patel, Sarbacane, 2017.

Il semble indéniable que le Casse-Noisette représente une source d’inspiration pour de nombreux artistes, dans des domaines divers.

Dans le cadre de notre exposition, un concours a été lancé pour imaginer son jouet idéal. Le Casse-Noisette est bien mon Jouet idéal. Et ce, pour plusieurs raisons. La première : c’est un jouet qui prend vie. Le Casse-Noisette s’anime la nuit. Qui n’a pas eu envie de surprendre ses jouets en train de s’amuser, une fois que l’on a le dos tourné… Ensuite, cette figurine m’évoque des souvenirs d’enfance. Les pas ont tellement été répétés, appris. Ils deviennent automatiques, naturels à l’écoute des premières notes de Tchaïkovski. Les scènes se bousculent, les ballets s’enchaînent dans ma mémoire : la danse des flocons, celle de la fée Dragée, la valse des fleurs… Les tutus et les pointes virevoltent. Les images restent et rappellent des moments heureux. Le Casse-Noisette me rappellent aussi les voyages. Au cœur des vitrines décorées de New-York, Montréal, Berlin ou bien Bruxelles, il est visible partout. Ce drôle de petit personnage symbolise la féerie.

C’est cette dernière raison qui me fait aimer le Casse-Noisette. Selon son histoire, il ne faut pas se fier aux apparences. Et surtout, il incarne l’inspiration, le rêve, des valeurs comme le don de soi, le partage, la reconnaissance... Des valeurs associées véritablement à l’esprit des fêtes de fin d’année. Quand on entend parler de Casse-Noisette, on sait que Noël est là ! Enfin, pour qu’un jouet soit véritablement idéal, il faut, à mon sens, le partager…

Casse Noissette11

Je vous invite, pour finir, à venir découvrir les livres présentés dans les vitrines à l’occasion de l’exposition et les Jouets extraordinaires imaginés par les enfants. Les ateliers, les projections, les jeux sont gratuits et le programme des animations est disponible sur le site.

Les jouets vous attendent et vous souhaitent de Joyeuses Fêtes !!